Université de Bordeaux
LabEx COTECluster of Excellence
Cluster of excellence

Loris Deirmendijan, doctorant COTE à Epoc, soutient sa thèse le 8 décembre 2016

08/12

Loris Deirmendijan, l'un des quatre premiers doctorants financés par le LabEx COTE, soutiendra sa thèse le jeudi 8 décembre 2016 à 9 h dans la salle Univers du nouveau B18. Intitulée "Transfert de carbone le long du continuum végétation-sol-nappe-rivière-atmosphère dans le bassin de la Leyre (Landes de Gascogne, SO France)", la thèse de Loris est au coeur du projet CNP-Leyre, porté par Gwenaël Abril de l'UMR EPOC, en partenariat avec l'unité ISPA et sélectionné à l'AAP recherche 2012 du LabEx COTE.

Vous pouvez redécouvrir son portrait en cliquant ici.

Publié le mercredi 16 novembre 2016

Résumé :

Les systèmes aquatiques continentaux sont des vecteurs majeurs du cycle global du carbone, recevant une quantité importante de carbone qu'ils émettent vers l'atmosphère et exportent aux océans. Nous caractérisons les concentrations et les transferts de toutes les formes carbonées à l'interface eau souterraine-ruisseau-atmosphère, dans un bassin versant de plaine, tempéré, forestier et sablonneux, où l'hydrologie se produit majoritairement au travers du drainage des eaux souterraines. Nous suivons différentes stations couvrant l'ensemble de la variabilité du bassin, depuis les eaux souterraines jusqu'à l'exutoire, avec des proportions variables d'occupation du sol. Le DOC est exporté majoritairement en périodes de crues alors que la même quantité de DIC est exportée entre périodes de crues et d'étiages. Le carbone terrestre dérivé des sols forestiers est la source principale de carbone dans les eaux superficielles et seulement 3% de la NEE est exportée. L'occupation du sol modifie localement les formes de carbone dans les ruisseaux mais à l'échelle du bassin la forêt prédomine. Nous quantifions le dégazage de CO2 en s'appuyant sur un bilan de masse isotopique. Environ 75 % du dégazage total se produit dans les ruisseaux de premiers et de seconds ordres, qui se comportent comme des points chauds pour l'émission de CO2. Ce travail de thèse contribue à une meilleure définition du rôle des ruisseaux et des rivières dans le cycle global du carbone. De manière plus précise, il améliore les connaissances sur la proportion du pompage biologique de CO2 atmosphérique d'un écosystème qui est exportée vers le réseau hydrographique, ainsi que le devenir de ce carbone en aval.



HAUT