Evolution, adaptation et gouvernance des écosystèmes continentaux et côtiers 

Séminaire Biogeco

le 16 décembre 2016 à 11h

Un séminaire est programmé vendredi 16 décembre 2016 à 11 h à l'Inra-Pierroton, bâtiment Airial.

Deux exposés sont prévus :

- Marie Laure Lousteau : « Xylella fastidiosa, une menace pour les forêts européennes ? Etat des connaissances sur la bactérie - Situation en Europe - Analyse de risque »

- Bastien Castagneyrol, Christophe Plomion et Hervé Jactel : « Effets de la diversité génétique et spécifique des peuplements forestiers sur la résistance des chênes à la chenille processionnaire Thaumetopoea processionea »

Résumé

La chenille processionnaire du chêne (CPC) est un herbivore spécialiste des chênes décidus, responsable d’importantes défoliations et de graves urtications chez les professionnels et usagers de la forêt. Selon l’hypothèse de résistance par association, la diversité génétique et inter spécifique des peuplements forestiers pourrait réduire les dégâts causés par la CPC. L’objectif premier de la thèse est de tester cette hypothèse et d’explorer les mécanismes sous-jacents, de manière à proposer des options de gestion permettant de mieux réduire l'impact de ce ravageur. Les effets de la diversité génétique et inter spécifique des peuplements forestiers sur les préférences et les performances de la CPC seront testés en combinant observations de terrain (forêts matures, dispositifs expérimentaux existants dont croisements contrôlés entre chênes sessiles et pédonculés) et expérimentations en laboratoire (élevage). Il s’agira de (1) quantifier la pression de prédation et de parasitisme exercée par les ennemis naturels de la CPC sur les pontes ; (2) de déterminer quels sont les traits foliaires des chênes (e.g. phénologie, résistance mécanique des feuilles, métabolites secondaires) réduisant la consommation par la CPC et (3) de déterminer les causes de variabilité dans l’expression de ces traits, en particulier l'effet du génotype de l’arbre, de l’identité/diversité de ses voisins, et d'attaques préalables d’autres défoliateurs du chêne.

La thèse est co-financée par l'INRA et l'ONF. Elle sera encadrée par Bastien Castagneyrol (CR), Hervé Jactel (DR) et Christophe Plomion (DR). Le laboratoire d'accueil est l'UMR BIOGECO, associant l'INRA et l'Université de Bordeaux. Le doctorant/la doctorante sera inscrit à l'école doctorale Sciences et Environnement de l'université de Bordeaux. Il/elle conduira sa recherche à l'INRA, sur le site de Pierroton (Cestas), et dans les forêts domaniales du centre et nord-est de la France où est présente la processionnaire du chêne.


Dernière mise à jour mercredi 14 décembre 2016


HAUT