Université de Bordeaux
LabEx COTECluster of Excellence
Cluster of excellence

Séminaire ISPA - Emission CH4 en artique

28/05 : 14h

Salle de réunion ISPA/EPHYSE, INRA La Grande Ferrade,

Sujet : CH4 fluxes from tundra ecosystems along a latitudinal gradient in Arctic Alaska.

Intervenante : Virginie Moreaux, Post-Doc à l’ Université de San Diego, CA, USA

Pour lire le résumé du séminaire, cliquez sur "lire la suite".

Publié le lundi 19 mai 2014

Résumé

Avec l’augmentation des températures et/ou des changements dans le cycle hydrologique, le carbone contenu dans les sols arctiques pourrait potentiellement être libéré sous forme de CO2 ou de CH4 (Oechel et al., 1998; Schuur et al., 2008). L’estimation du bilan de carbone annuel dans les régions arctiques est cruciale mais encore incertaine, et nécessite un ensemble de données complet à long terme (GIEC 2007, Fisher et al. 2014). Cependant, les conditions extrêmes que les régions arctiques rencontrent en dehors de la période estivale et l’éloignement des sites pour l’accès à l’électricité rendent la collecte de données très difficile, voire impossible. Par conséquent à ce jour, seuls quelques sites ont recueilli des flux de CO2 et de CH4 dans les régions arctiques relativement aux autres écosystèmes terrestres (Harozono et al. 2003, Kwon et al. 2006, Kutzbach et al. 2004, Rinne et al. 2007, Wille et al. 2008, Zona et al. 2010, Parmentier et al. 2011, Sturtevant et al. 2012, Oechel et al. 2014). Les écosystèmes de toundra présentent des structures hétérogènes à l'échelle locale et régionale. Une augmentation de la fréquence spatiale et temporelle des mesures est donc essentielle pour affiner la connaissance du bilan de carbone de ces écosystèmes, nécessitant donc le déploiement de plusieurs sites de mesures.

Dans ce projet, l’université de San Diego initie le déploiement de 7 tours à flux pour le suivi en continu des flux de CO2 et de CH4 le long d’un gradient latitudinal de 300 km. Les observations présentées lors de ce séminaire sont le résultat de la première année d'une nouvelle étude à long terme, combinant les mesures par eddy-covariance et un ensemble complet de données de mesures météorologiques et du sol. Un descriptif méthodologique cross-comparant les différents systèmes d’eddy-covariance mis en place pour supporter les conditions extrêmes sera présenté. Les flux saisonniers et leurs relations avec les conditions édaphiques seront ensuite exposés.



HAUT