Evolution, adaptation et gouvernance des écosystèmes continentaux et côtiers 

Loris Deirmendjian, doctorant COTE au sein de l’unité Epoc

Loris Deirmendjian, doctorant COTE au sein de l’unité Epoc

Doctorant au parcours atypique, Loris réalise ses travaux de recherche dans le cadre du projet CNP Leyre, financé par le LabEx COTE. Ce projet rassemble les unités de recherche Epoc et Ispa, et vise à étudier les comportements du carbone, de l’azote et du phosphore (CNP) à travers l’une des interfaces la moins bien documentées sur les bassins versants : la zone de transition sol-nappe-rivière. Son rôle dans le projet a été en premier lieu de déterminer un réseau de 30 stations d'échantillonnages représentatif de la diversité du bassin versant de la Leyre. Ces stations seront échantillonnées mensuellement pendant 2 ans, et les analyses qui en découleront permettront à terme de répondre aux objectifs du projet.

Le parcours de Loris n’a pas été linéaire jusqu’à l’unité de recherche Epoc et le projet CNP Leyre. Dans un premier temps, fasciné par l’infiniment petit et notamment l’ADN, il étudie la biochimie structurale. Déçu des débouchés principalement industriels de ce cursus, il l’abandonne après la première année de Master. C’est après une année de voyages et de réflexions qu’il se tourne vers l’université Bordeaux 1 et le Master Océanographie. « J’ai toujours eu cette passion pour l’environnement et pour l’océanographie », explique-t-il.

Cette nouvelle vision des choses ; intégrative, très pluridisciplinaire alliant géologie, chimie et hydrologie, à la fois spécifique et globale, lui plaît énormément. C’est donc tout naturellement qu’il poursuit en M2 recherche. « Ce n’était pas mon but premier mais un très bon stage de M1 m’y a encouragé » précise le doctorant. C’est lors du stage de M2 qu’il découvre vraiment le monde de la recherche en étudiant l'estuaire souterrain de la plage sableuse du Truc Vert (Aquitaine, France), et il y prend goût.

« Pourquoi le LabEx COTE et le projet CNP Leyre ? Le projet m’a tout de suite intéressé de par sa transdisciplinarité, il associe même plusieurs équipes ! » explique Loris enjoué. Tout n’est cependant pas simple. « Ce qui a pris du temps a été d’établir la bonne stratégie d’échantillonnage basée sur un SIG [1], démarcher des propriétaires de parcelles agricoles et forestières conciliants pour pouvoir y poser des piézomètres, prospecter sur l’accessibilité des stations d'échantillonnages, , etc. » détaille-t-il, un travail préliminaire nécessaire à la partie « terrain » de sa thèse. Un gros morceau représentant une semaine par mois, avec 24 « stations rivières » et 6 « stations nappes superficielles ».

Son travail au jour le jour : prélever de l'eau de rivière ou de l'eau de nappe superficielle puis y mesurer les sels nutritifs [2], les différentes formes du carbone dissous et leurs composition isotopiques [3] . Il mesure aussi les paramètres physico-chimiques de l’eau [4]. Et ce n’est pas tout : il prélève aussi un bidon par station pour récupérer la fraction particulaire, qu’il  filtre en laboratoire. Il y détermine la quantité de matière en suspension, la quantité de carbone organique particulaire (COP) et sa composition isotopique ?13C-COP, le phosphore particulaire (POP), et la teneur en chlorophylle a. S’en suit un travail de laboratoire aussi intense avec pas moins de 10 manips différentes [5]. Un travail de titan pourtant obligatoire et « très utile à titre personnel pour comprendre tout le cheminement qui mène aux données que j'interprète par la suite  » d’après le doctorant.

L’école d’été du LabEx COTE

Loris a apprécié le programme des cours, axé sur une vision globale et intégrative des sciences de l’environnement. « J’ai aussi adoré l’aspect international de l’évènement, rencontrer des personnes de tant de nationalités différentes et tous les échanges, pas seulement scientifiques mais aussi culturels et amicaux » explique-t-il enthousiaste.

-----

[1] Système d’information géographique

[2] Nitrates, nitrites phosphates, silice et ammonium, Fer(II)

[3] Pression partielle en CO2 dans l'eau (pCO2) , Carbone organique dissous (DOC) et ?13C-DOC , Carbone inorganique dissous (DIC) et ?13C-DIC ,Methane (CH4) , Alcalinité (HCO3-   + CO32-)

[4] Température, pH, saturation en oxygène dissous et conductivité

[5] Colorimétrie classique (sels nutritifs), titration (Alcalinité), Spectrométrie de masse (isotopes) chromatographie gazeuse (CH4), analyseur LiCor (pCO2 et DIC) analyseur LeCo (COP), analyseur shimadzu (DOC), extraction ascorbate, HCl et H2SO4 (POP) etc.

Figure dans les rubriques
Portraits


HAUT