Université de Bordeaux
LabEx COTECluster of Excellence
Cluster of excellence

CNP-Leyre

Dynamique du carbone de l'azote et du phosphore à l'interface terrestre aquatique dans le bassin de la Leyre (porté par Gwenaël Abril, d'EPOC, en partenariat avec l'unité ISPA).

Ce projet s’intéresse aux transferts biogéochimiques à travers les bassins versants et aux échanges d’éléments majeurs entre l’atmosphère, la végétation, les sols et les milieux aquatiques. Plus précisément, il vise à étudier les comportements du carbone, de l’azote et du phosphore (CNP) à travers l’une des interfaces la moins bien documentées sur les bassins versants : la zone de transition sol-nappe-rivière. Les équipes proposantes ont des compétences complémentaires sur les milieux agricoles, forestiers et aquatiques et partagent aussi des connaissances sur le bassin de la Leyre. Cette zone atelier présente l’avantage d’une relative homogénéité lithologique et hydrologique, et d’une occupation des sols se partageant quasi-exclusivement entre forêts de pins, monoculture de maïs et ripisylve. L’étude reposera sur deux stratégies interconnectées et complémentaires :

  • (1) un échantillonnage très détaillé de sols, d’eaux du sol et de la nappe alluviale (aquifère plio-quaternaire), d’eaux et de sédiments de fossés et de rivières couvrant l’ensemble des situations présentes dans le bassin de la Leyre ; par des analyses chimiques et isotopiques et des expérimentations in situ ou en laboratoire, nous étudierons en détail les mécanismes de contrôle des flux de CNP à l’interface terrestre/aquatique. Nous établirons aussi des bilans d’exportation par le réseau hydrographique, en déconvoluant ce qui provient des parcelles agricoles (selon leur niveau de fertilisation) et forestières (selon leur âge et leur conduite sylvicole). 
  • (2) en parallèle, nous développerons la base de données existantes sous forme de système d’information géographique du bassin de la Leyre, avant de mener un travail exploratoire de modélisation des processus de transfert de CNP de l’atmosphère à la végétation, aux sols et vers le milieu aquatique. Cette modélisation s’appuiera sur les données de terrain acquises dans le projet et consistera à enrichir les modèles hydrobiogéochimique comme e.g. le modèle STEPS, pour simuler la qualité des eaux de surface selon différents scenarii de changement climatique et d’occupation des terres.
Figure dans les rubriques
Projets soutenus en 2012


HAUT