Evolution, adaptation et gouvernance des écosystèmes continentaux et côtiers 

Projet HAP phase 2

Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques dans les eaux du Bassin d’Arcachon – synthèse des données disponibles et bilan des sources – Phase 2 (UMR EPOC et Ifremer Arcachon en partenariat avec le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon et l’Agence de l’eau Adour Garonne)

La phase II du projet s’est focalisée sur la caractérisation des sources de HAP dans ce secteur géographique. Ces sources ont donc été identifiées et hiérarchisées grâce au calcul des émissions annuelles associées. Ce travail a permis de « prioriser » les actions de gestion à envisager pour limiter les apports de HAP dans les eaux de la lagune ; en cela le projet « HAP – Bassin d’Arcachon » s’inscrit bien dans une démarche de transfert.
La méthodologie adoptée pour les calculs d’émissions annuelles s’est basée sur celle du CITEPA. Les données employées ont par ailleurs pu être obtenues grâce au soutien de nombreux partenaires privés (Dalkia®, Smurfit Kappa Cellulose du Pin®), scientifiques (Ifremer, AIRAQ, ORECCA…), issus du domaine de la gestion (CG33, SIBA, CRCAA, CDPMEM…) ou de l’énergie (ALEC). La figure ci-dessous présenter les conclusions majeures issues de ce travail.

Ces résultats qui font écho aux tendances nationales ont permis d’initier plusieurs actions de sensibilisation en partenariat avec le SIBA : une enquête-ménage (BVA®) pour cerner les pratiques de chauffage au bois des habitants du Bassin d’Arcachon, la mise en place d’un « Quizz – Simulateur » sur le site du SIBA permettant aux internautes de calculer leurs émissions de HAP et la réalisation de vidéos de sensibilisation type « Méli-Mélo » (partenariat potentiel avec le GRAIE).
Les travaux menés durant le projet n’ont néanmoins pas permis d’anticiper les quantités précises de contaminants se déposant sur le plan d’eau après émission. Cette question scientifique représente une perspective de recherche intéressante au projet.

Figure dans les rubriques
2016


HAUT