Evolution, adaptation et gouvernance des écosystèmes continentaux et côtiers 

L’Unité Mixte de Recherche CENBG – Equipe IPCV (Interface Physique et Chimie pour le Vivant)

L’Unité Mixte de Recherche CENBG – Equipe IPCV (Interface Physique et Chimie pour le Vivant)

L’IPCV (Interface Physique et Chimie pour le Vivant) appartient au CENBG (Centre d’Etudes Nucléaires de Bordeaux Gradignan, qui est une Unité Mixte de Recherche (UMR) du CNRS, de l’INC (Institut de Chimie) et de l’université de Bordeaux 1.

L’IPCV s’intéresse à l'étude et à la modélisation de l'impact des agents physiques et chimiques : radiations ionisantes, contaminants inorganiques et nanoparticules. L'équipe est fortement impliquée dans la plateforme AIFIRA (Applications Interdisciplinaires de Faisceaux d'Ions en Région Aquitaine) qui vise à développer et à mettre en œuvre une recherche multidisciplinaire au moyen d'un accélérateur de particules 3,5 MV stocké au CENBG. Cet instrument est, en se basant sur une combinaison de méthodes d'imagerie chimique, l’étalon or de la quantification des éléments chimiques à l'échelle cellulaire. Grâce à la nanopoutre d'ions de l’AIFIRA, il est possible d'identifier la localisation subcellulaire des éléments chimiques en rapport avec une activité biologique spécifique. Celle-ci fournit des informations sur les processus métabolique et de détoxication. La localisation intracellulaire de composés exogènes peut être encore améliorée par le développement d'une technique de tomographie à émission de rayons X qui donne accès à la répartition des éléments 3D de l'échantillon (PIXEtomographie). Ce travail a franchi une étape en 2008 lorsque la première cartographie chimique quantitative d'une cellule cryofixée a été obtenue à partir d’une coupe tomographique.

Contribution au  LabEx

L’équipe de l’IPCV sera impliquée dans la caractérisation des contaminants inorganiques (métaux traces et nanoparticules) dans des échantillons bio-environnementaux à haute résolution spatiale et haute sensibilité en utilisant la nanosonde ionique focalisée à l’AIFIRA. Il s'agit d'un équipement quasi unique utilisé dans le monde pour évaluer la répartition chimique d'éléments traces inorganiques et de nanoparticules dans des cellules individuelles. Une seule autre nanosonde existe en Europe, en Allemagne. En comparaison à d'autres méthodes et parce qu'il permet d'identifier de manière quantitative leur répartition intracellulaire, cet outil d'analyse offre un réel avantage pour l'étude des mécanismes de la toxicité des métaux et des nanoparticules.

Télécharger le fichier

 568 Kilo octets
plus d'infos sur L’Unité Mixte de Recherche CENBG – Equipe IPCV (Interface Physique et Chimie pour le Vivant)
Figure dans les rubriques
Unités partenaires


HAUT