Université de Bordeaux
LabEx COTECluster of Excellence
Cluster of excellence

SOURCE

Les eaux souterraines constituent une ressource d’alimentation en eau potable essentielle et précieuse. Face aux pressions anthropiques croissantes, elles représentent un capital fragile qui doit être préservé et surveillé.

Une campagne (Campagne exploratoire pilotée par le ministère de l’environnement en 2012-2103) d’analyses récente, menée à l’échelle nationale sur 498 sites, a constaté l’impact des activités humaines sur les nappes phréatiques en détectant de manière récurrente plusieurs familles de polluants (produits phytosanitaires, composés pharmaceutiques, détergents…). Les réglementations relatives aux eaux destinées à la consommation et les directives applicables aux eaux souterraines sont fréquemment modifiées pour évaluer au plus juste leur qualité.

Aujourd’hui, les gestionnaires doivent faire évoluer leurs pratiques d’échantillonnage vers des dispositifs plus intégratifs et représentatifs de la
contamination potentielle et compléter les analyses chimiques avec des méthodes pouvant détecter des molécules non recherchées et inconnues. Des outils développés par la recherche publique comme les échantillonneurs passifs et la spectrométrie de masse haute résolution, permettent de répondre à ces besoins.

Les échantillonneurs passifs sont des dispositifs de prélèvement qui présentent l’intérêt d’accumuler les molécules présentes et facilitent ainsi la détection de ces composés même à faible dose. L’association de ce type de prélèvement avec la spectrométrie de masse haute résolution, méthode d’analyse à large spectre qui détecte et identifie des molécules non recherchées et inconnues, représente une approche prometteuse pour caractériser de façon plus globale les eaux souterraines et les eaux destinées à la consommation. C’est dans l’optique d’appliquer ces deux outils à la qualification de la qualité des eaux souterraines qu’est né le projet de collaboration entre l’Université de Bordeaux (UMR EPOC, équipe LPTC) et Danone Waters et Danone Nutricia.

> Projet ingénieur transfert mené en partenariat avec EPOC et Danone Research.

Aujourd’hui, les gestionnaires doivent faire évoluer leurs pratiques d’échantillonnage vers des dispositifs plus intégratifs et représentatifs de la
contamination potentielle et compléter les analyses chimiques avec des méthodes pouvant détecter des molécules non recherchées et inconnues. Des outils développés par la recherche publique comme les échantillonneurs passifs et la spectrométrie de masse haute résolution, permettent de répondre à ces besoins.

Les échantillonneurs passifs sont des dispositifs de prélèvement qui présentent l’intérêt d’accumuler les molécules présentes et facilitent ainsi la détection de ces composés même à faible dose. L’association de ce type de prélèvement avec la spectrométrie de masse haute résolution, méthode d’analyse à large spectre qui détecte et identifie des molécules non recherchées et inconnues, représente une approche prometteuse pour caractériser de façon plus globale les eaux souterraines et les eaux destinées à la consommation. C’est dans l’optique d’appliquer ces deux outils à la qualification de la qualité des eaux souterraines qu’est né le projet de collaboration entre l’Université de Bordeaux (UMR EPOC, équipe LPTC) et Danone Waters et Danone Nutricia.

Figure dans les rubriques
2017


HAUT